L’eau est l’élément essentiel à la vie sur Terre, et donc elle est l’élément essentiel au jardin. Cependant, si un manque d’eau pose problème, un excès d’eau aussi !
Nous allons donc examiner les 2 cas (manque et excès d’eau), ainsi que les méthodes pour gérer cet élément.

Trop d’eau au jardin ?

Suivant où on habite, cela peut sembler étrange à certains mais, oui, il peut y avoir trop d’eau dans le jardin !

– Les inconvénients de l’excès d’eau:

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il est plus courant que les plantes souffrent d’un excès d’eau que de sécheresse. En effet, autant elles ont la possibilité d’aller chercher en profondeur l’eau dont elles ont besoin, autant elles craindront d’avoir les racines immergées dans l’eau trop longtemps…

Pourquoi ?
– Parce que les racines ont besoin d’oxygène. Contrairement à ce qu’on peut penser, il y a un peu d’oxygène dans le sol. Plus il y a d’eau qui stagne, moins il y a d’oxygène.
– Parce que les micro-organismes du sol autour des racines ont besoin d’oxygène.

– Que faire ?

1/ Avant qu’il y ait un problème, si c’est prévisible: design du jardin, aménagements

En permaculture, nous accordons une grande place au design de notre jardin pour pas mal de raisons, la gestion de l’eau en est une très importante.

On dit souvent que le permaculture Observera son lieu durant 4 saisons avant de mettre en place ses infrastructures.

Après cette observation, si vous pensez que l’eau stagnera sur votre terrain, des aménagements sont à mettre en place.

Aux jardins de la tuilerie, une partie de nos jardins auraient été sous les eaux si nous n’avions pas décelé cette problématique locale.

Afin d’y remédier, les buttes de cultures nous ont été d’une grande aide. En effet, le fait de surélever nos planches de culture, l’eau ne stagne plus au niveau des racines et ne met plus nos plantes dans un sol gorgé d’eau.

Mais faire une butte ne suffit pas. Ce serait trop simple et cela confirmerait la définition trop souvent simpliste de ce qu’est la permaculture…
La pomme de terre n’appréciant pas non plus l’excès d’eau, nous avons fait certaines planches dans le sens de la pente du terrain afin d’évacuer encore plus vite le trop plein d’eau.

Malgré un design adapté votre jardin ressemble à un lac durant la période d’automne / hiver ?
Il va falloir que fassiez appel à la technique des baissières qui, selon comment vous allez les orienter, vont pouvoir capter l’eau de votre jardin et l’acheminer hors de celui-ci (pourquoi pas dans une mare 😉 )

2/ Si l’excès d’eau n’était pas prévisible :

Un des principes de la permaculture est la rétroaction, donc si vous n’avez pas eu le temps d’observer durant 1 an votre lieu et que vous vous apercevez que votre terrain garde trop d’eau, il n’est jamais trop tard pour bien faire et mettre en place les choses évoquées ci-dessus.

 

Pas assez d’eau au jardin ?

– Les inconvénients du manque d’eau au jardin:

Tout bon jardinier a vu un jour ses plantes séchées au soleil (ou pas). Pas assez d’eau diriez-vous ?! J’ajouterais pas assez d’eau, trop longtemps ou trop souvent.
En effet, les plantes ont une grande capacité à souffrir du manque d’eau, mais si cela se produit trop souvent, elles n’ont qu’une seule obsession avant de mourir, c’est se reproduire et du coup elles montent à graines…

– Que faire ?

Toutes les stratégies sont bonnes pour garder l’eau le plus longtemps possible sur son terrain.
Aux « Jardins de la Tuilerie » nous en avons privilégiées certaines :

Les récupérateurs d’eau : très utilisés par les jardiniers. Ils font 1000 litres et se placent facilement sous des gouttières. Que ce soit aux gouttières de la maison, du poulailler, de la cabane du chien, toutes les toitures peuvent servir de récupérateur…

Voir ci-contre un récupérateur que j’ai connecté au toit de ma maison.

Les baissières : Là encore elles sont d’une grande utilité. Contrairement à celles qui servent à diriger l’eau hors de votre terrain, celles-ci vont être creusées sur une ligne de niveau afin de stocker l’eau. Il est ensuite judicieux de planter sur le cotés aval de la baissière afin d(irriguer vos plantations par capillarité de manière passive.

Le broyat : Vous l’aurez compris si vous nous suivez, nos itinéraires culturales sont basées sur le vivant. Nous faisons donc toutes nos planches avec des apports massifs de broyat de déchets verts. Mis à part que cela nourri notre terre, Ceux-ci ont pour actions de stocker l’eau. Du coup nos planches souffrent moins de la sécheresse…

Les haies : il est vrai que le soleil direct peut être un facteur aggravant du manque d’eau sur votre jardin. Pour en limiter les conséquences, nous plantons environ 150 / 200 arbres et arbustes chaque année afin de clôturer nos jardins pour faire de l’ombre aux cultures en place. On croit souvent à tort que les plantes ont besoin de soleil alors qu’elles préféreront plutôt de la chaleur aux UV !

L’aménagement : Nous avons un jardin qui est presque abouti pour nous car il est entouré de haies matures et vers 17H l’été, les plantes sont à l’ombre. Nous y privilégions donc la verdure. Afin de garder le plus longtemps possible l’eau sur le jardin, nous avons installé les planches de culture perpendiculairement au sens de la pente.

Encore des doutes ? Des questions ? N’hésitez pas à me contacter. Je vous rappelle !

 

Photo de Sébastien

 

 

 

Récupérateur d'eau